Carnets du Patrimoine n° 71. Le patrimoine de Virton Carnets du Patrimoine n° 71. Le patrimoine de Virton

Carnets du Patrimoine n° 71. Le patrimoine de Virton

Carnets du Patrimoine

    0 review(s) | Add your review

    5.00 € 5.00 € 5.0

    Anciennement dépendant du comté de Chiny, pour relever ensuite du duché de Luxembourg jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, Virton est notoirement reconnu aujourd’hui comme capitale de la Gaume, région de la Lorraine belge au patois apparenté au français. L’occupation humaine est manifeste dès le Néolithique. Mais c’est surtout lors de l’époque gallo-romaine qu’un vicus de plus de 40 ha se développe sur le territoire de Saint-Mard, localité rattachée à Virton depuis la fusion des communes en 1977. Quant à la bourgade de Vetus Vertunum, au nom mentionné tardivement dans les textes, elle prend naissance au Ier siècle en amont du confluent de la Vire et du Ton. La ville de Virton entre véritablement dans l’histoire en 1270, année de la charte d’affranchissement octroyée par le comte de Chiny. De plan circulaire ceinte par un rempart cantonné de onze tours, la ville prospère durant le Moyen Âge jusqu’au milieu du XVIIe siècle, époque à laquelle l’émergence des États modernes la démilitarise. L’Epoque contemporaine avec l’implantation d’un réseau ferroviaire, les désastres de la Grande Guerre et l’urbanisation massive du XXe siècle façonnera le visage du Virton actuel. Celui-ci conserve aujourd’hui des éléments patrimoniaux multiples trouvant écho dans les collections des Musées gaumais, institution incontournable qui fédère le patrimoine des dix communes constituant l’arrondissement de Virton.